En salle 1/2


13 Feb
13Feb

Portrait d’Alphonsine dite Marie Duplessis (la Dame aux Camélias)

Portrait d’Alphonsine dite Marie Duplessis (la Dame aux Camélias), assise au balcon d'un théâtre, 1845 Roqueplan, Camille Joseph Etienne , Dessinateur En 1845 Musée Carnavalet, Histoire de Paris


Un boeuf au théâtre

Un bœuf au théâtre - 1897 Extrait du Petit Journal – Supplément Illustré – Dimanche 15 août 1897 : « Ce bœuf assurément aimait bien fort la musique, mais il aurait pu se manifester son dilettantisme de moins brutale façon. C’était le soir, à Villefrance-de-Lauraguais, non loin de Toulouse, au théâtre : un bœuf, un vrai bœuf est tout à coup, pendant la représentation, entré dans la salle. Comme on ne lui fit peut-être point l’accueil auquel il croyait avoir droit, comme l’on ne serrait point pour lui faire place, il se mit à bousculer les banquettes, puis enfin le spectacle ne lui plaisant pas il fonça sur la scène où finalement il s’affala…. Qu’on ne me dise pas qu’il s’est glissé parmi les spectateurs au moment de la cohue de l’ouverture des bureaux, qu’on ne me dise pas, je ne le croirais pas, et me voilà forcé de conclure qu’au théâtre de Villefranche-de-Lauraguais le contrôle est bien mal fait. »


Dans la salle

La première d'Hernani. Avant la bataille Besnard, Albert (Paul Albert Besnard, dit) , Peintre En 1903 Maison de Victor Hugo - Hauteville House


La dynamite au théâtre de Barcelone

1893 - Espagne - Barcelone - Le Liceo - La dynamite au théâtre de Barcelone Attentat anarchiste, en 1893, transforme en cauchemar la soirée inaugurant la saison lyrique du Liceo de Barcelone. Deux bombes lancées du paradis au deuxième acte de Guillaume Tell font 20 morts et 80 blessés.


En salle

Actualités. 577 . Au théâtre Français. - Voyons, mon ami..., allons nous-en ! .... je t'assure que L'OEDIPE-ROI est fini!...... Daumier, Honoré , Dessinateur-lithographe Martinet (imprimeur-libraire) , Editeur Destouches, Pierre Louis Hippolyte , Imprimeur-lithographe 8-11-1858 Musée Carnavalet, Histoire de Paris


Un étrange accident

Un étrange accident - 1911 Extrait du Petit Journal – Dimanche 2 avril 1911 – Étrange accident –A l’Ambigu, un spectateur de l’amphithéâtre est tombé sur les fauteuils d’orchestre ; « Un accident, heureusement rare, et dont les conséquences n’ont pas été aussi graves qu’elles semblaient devoir l’être, s ‘est produit au théâtre de l’Ambigu, pendant un entracte de la représentation du Roi Soleil. Un spectateur de l’amphithéâtre est tombé accidentellement, du haut du poulailler, sur une spectatrice, placée aux fauteuils d’orchestre. Celle-ci, par une chance vraiment extraordinaire, n’a reçu que quelques contusions. Voici les circonstances de l’accident : Le jeune homme qui, pour causer avec quelques amis placés derrière lui, s’était retourné et s’était appuyé à la balustrade, a fait un faux mouvement et, perdant l’équilibre, a été lancé dans le vide. On juge l’émotion intense causée dans la salle, lorsque, après une chute d’une vingtaine de mètres, le malheureux est venu s’abattre dans les rangs de l’orchestre. Quand on le releva, on constata que le jeune homme, qui avait perdu connaissance, avait une fracture de la cuisse droite. Après avoir reçu les soins du médecin de service, le blessé a été transporté à l’hôpital Saint-Louis. »


La bataille d'Hernani

25 février 1830 : La première d'Hernani tourne à la baston littéraire ! Le jeune Victor Hugo savait pertinemment que son texte allait faire scandale. Non pas à cause du thème. Hernani, c’est un drame historique à la cour d’Espagne ; dans le fond, rien de très subversif. Mais la forme, en revanche, est révolutionnaire : la pièce brise tous les principes du théâtre classique. Ce soir-là, le spectacle aura donc lieu sur scène de la Comédie-Française, mais aussi dans le public, où vont s’affronter les partisans du respect de la tradition et les amis qu’Hugo a convoqué pour faire la claque…

Grandville / Gravure / 1830 La bataille d'Hernani


La famille Durand au théâtre

La famille Durand - Vers 1910
Phototypie A. Bergeret et Cie, Nancy Série de 6 cartes : 1 - Un passage triste. 2 - Pendant l'entr'acte . 3 - Pendant le ballet . 4 - Un passage gay 5.  - L'Enthousiasme 6 . - Un passage tragique


Le Parterre

Le Parterre Partie du théâtre située au rez-de-chaussée, derrière les fauteuils d'orchestre. Au XVIIe siècle, la partie du public d'un théâtre jugée la plus grossière. ‘Du moyen âge jusqu’à nos jours, le parterre, personnifié par son public, fut le véritable maître, disons mieux, le tyran des comédiens et l’effroi des directeurs. Les spectateurs y étaient debout, pressés, mouvants, agités comme une mer, et toujours prêts, comme elle, à se charger d’orages et à les faire éclater. Comme les vols étaient faciles dans cette cohue, les filous s’y trouvaient toujours en nombre. Par suite des querelles fréquentes du parterre et des coups de cannes et d’épées qui s’y donnaient, on interdit l’entrée des cannes et épées en 1685, 1729, 1791. Ce ne fut cependant qu’en 1817, à la suite de conflits occasionnés pour la représentation de Germanicus, qu’on établit un dépôt de cannes à la porte des théâtres. On comprend facilement qu’un parterre debout, où le déplacement est facile, donnait libre carrière aux filous, aux tapageurs, aux cabaleurs de toutes classes. On pensa remédier à cet état de choses en y mettant des banquettes. Ce fut à l’Odéon, alors Théâtre Français, que cette innovation eut lieu en 1782, et bientôt après dans tous les théâtres de Paris et de France. Il n’y a guère que les théâtres de Rouen qui persistent à conserver un parterre debout.’ (La langue théâtrale. Alfred Bouchard. 1878)

Les spectateurs du XVIIIe siècle qui se pressaient dans les parties limitées du parterre de la Comédie-Française, de la Comédie-Italienne et de l’Opéra ont mis en actes une liberté d’expression, un mélange des classes et une circulation des idées qu’on retrouve alors dans peu d’autres endroits. L’État essaya bien de discipliner ces amateurs de théâtre et il y eut bien des débats parmi les intellectuels pour dire que ces gens devaient être assis sur des bancs, mais durant la majeure partie du siècle, les enthousiasmes du parterre ont montré qu’on ne pouvait pas les réfréner. Dès lors, il importe d’analyser les pratiques parisiennes du parterre pour saisir leurs significations dans la culture politique française d’avant la Révolution.


Plaisir d’hiver

Plaisir d’hiver : vue d’une salle de théâtre. Dessin de J. Lees – Le Journal illustré 1866


Public 'Romains'

Croquis pris au théâtre par Daumier ‘On dit que les Parisiens sont difficiles à satisfaire, sur ces quatre banquettes pas un mécontent, il est vrai que tous ces français sont des Romains.’


les différents publics de Paris

Gustave Doré – Les différents publics de Paris Folies nouvelles – 1914 (original Théâtre Folies Spectacles)


Les retardataires

Albert Guillaume (1873-1942) Caricaturiste de renom, Guillaume se plaisait dans ses compositions peintes pleines de verve, à montrer les moments embarrassants de la vie quotidienne aussi bien que les ridicules de la mode. Musée Carnavalet - Don des Amis de Carnavalet , 2005


Terrible accident à l’Opéra

Le progrès illustré 31 mai 1896 Un accident épouvantable a eu lieu à l’Opéra, le mercredi 20 mai. Le premier acte d’Hellé allait se terminer quand un bruit comparable à une explosion se fit entendre dans la salle qui, au même moment, se remplissait d’une poussière comparable à de la fumée. L’un des contrepoids qui soutiennent le lustre central s’était détaché de son support, avait crevé le plafond et était tombé sur la quatrième galerie. Une dame, Mme Chaumet, fut littéralement aplatie par l’énorme masse, qui blessa encore plusieurs autres personnes. L’incident avait été très prompt, et d’ailleurs, la grande majorité des spectateurs se sentait sains et saufs, chacun resta à sa place, et ce ne fut qu’avec une légère hésitation que la salle se vida sans bousculade et sans panique. C’est grâce à ce sang-froid des spectateurs que l’on n’a pas eu de plus graves malheurs à déplorer.


Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.