13 Feb
13Feb

Aboyeur

(Théâtre et Music-hall) Au début de chaque représentation les acteurs étaient prévenus par les aboyeurs qui passaient dans les loges et dans les couloirs, cet emploi était réservé aux jeunes régisseurs, il est maintenant remplacé par une sonnerie ou un réseau d'ordre (haut-parleurs placés dans les loges). Les aboyeurs annonçaient aussi les consignes et le déroulement du spectacle. Appelé aussi : bonisseur et bonimenteur pour le cirque (homme qui fait l'annonce de parade ou quelque autre boniment de foire). L’aboyeur est aussi sur un spectacle de marionnettes la personne qui au fur et à mesure du déroulement de l'action, commente le jeu des poupées à l'attention des spectateurs. Au Music-hall, Il s'agit aussi d'un crieur placé à la porte d'un théâtre ou d'un music-hall incitant les promeneurs et les passants à entrer voir le spectacle. Bonisseur : Celui qui fait l’annonce, le boniment. Argot des saltimbanques. (Dictionnaire de la langue verte. Alfred Delvau. 1883) Aboyeur Crieur public ou particulier qui se tient dans les marchés ou à la porte des théâtres forains. (Dictionnaire de la langue verte. Alfred Delvau. 1883)


Accessoiriste

Personne qui a en charge les accessoires, de la fabrication à la gestion avant pendant et après les spectacles. L'endroit dans un théâtre où sont entreposés les accessoires est appelé "magasin des accessoires". En cas de contestation entre le machiniste et l'accessoiriste sur un objet, si celui-ci était chevillé la charge en revenait au machiniste, s'il était boulonné l'accessoiriste s'en occupé (anciennes pratiques). ‘Cet emploi demande beaucoup d’intuition et d’habilité : les volailles en carton peint doivent être dorées à point, le rosbif, en pain d’épice, pas trop rassis ; le vieux vin, en “jus de chapeau”, inspirer du respect et de la considération. La limonade du champagne ne doit pas être purgative. Le ‘pètement’ du bouchon peut être aidé d’un bruit de coulisse, à la condition qu’il n’arrive pas à contretemps. (Petit dictionnaire humoristique d’argot théâtral. Eugène Joullot.1933)

Garçon d’accessoires : ‘Artiste invisible. Ses rôles sont cependant nombreux, comme vous l’allez voir. L’acteur dit : ” Voici une voiture qui entre dans la cour du château !” Le garçon donne quelques coups de fouet et traîne deux roues de bois derrière la toile de fond. “Vous ne pouvez sortir, il pleut à torrent ...” ou “la grêle rebondit sur les toits,” ou “ la foudre gronde, l’éclair déchire la nue.” Le garçon tourne un cylindre dans lequel il y a des petits cailloux (pluie ou grêle, suivant la rapidité du mouvement) ; il remue la feuille de tôle (tonnerre) et souffle dans un tube des matières résineuses sur une flamme (éclairs). “ Ma mère, vous n’avez plus de fils !” dit le jeune premier en se précipitant dans la coulisse ; aussitôt le garçon tire un coup de pistolet. C’est encore lui qui remue la vaisselle que l’on brise ; qui sonne ou frappe à la porte ; qui fait le chien ; …. ‘ (La langue théâtrale. Alfred Bouchard.1878)

Accessoires (Garçon d’). — Employés chargés de veiller aux objets de détail, nécessaires a
la représentation. En l’absence du régisseur, ils donnent le coup de fouet quand une chaise de poste arrive, ou tirent dans la coulisse le coup de pistolet, quand le criminel repentant annonce au public « qu’il va s’arracher une existence qui n’a plus de charmes, puisqu’elle lui devient odieuse depuis qu’elle est flétrie par l’infamie et troublé par le remords. » Le garçon d’accessoires souffle encore dans un grand tube les matières inflammables coloriées qui donnent une lueur rouge, verte ou bleue, dans les scènes infernales. Petit dictionnaire des coulisses Publié par Jacques-le-souffleur ‘se vend dans tous les théâtres’ - Paris 1835

Comédie bourgeoise : Un cordonnier, amateur de théâtre, chaussait le cothurne tous les dimanches. Il s’était brouillé avec le garçon chargé des accessoires. Celui-ci devait pourvoir la scène, au cinquième acte, d’un poignard, et le poser sur l’autel, par une vengeance maligne il y substitua un tranchet ; le prince, dans la chaleur de la déclamation, ne s’en aperçut pas, et voulant se donner la mort à la fin de la pièce, il empoigna, aux yeux des spectateurs, instrument qui lui servait à tailler sa marchandise. Qu’on juge des éclats de rire qu’excita ce dénouement anti-tragique. 

Petit dictionnaire des coulisses Publié par Jacques-le-souffleur ‘se vend dans tous les théâtres’ - Paris 1835


Auteur

Tout ce qu'on voudra

Ma chère, notre comédie en deux actes vient d'être refusée au théâtre Français Nous n’avons plus que la ressource d’y ajouter trois actes et un songe et d’en faire une tragédie que nous présenterons à lOdéon.

Daumier, Honoré , Dessinateur Musée Carnavalet, Histoire de Paris



L'avertisseur

Qui circule dans les loges des artistes et les couloirs et qui annonce l'acte qui va commencer et prévient chaque acteur devant y jouer


Chef de claque

Salomon, dit Pigeonneau, chef de claque. “Tient bravos, bis, chut, rires et pleurs, et généralement tout ce qui concerne le succès. (Son bureau chez le marchand de vin.)” D’après Gavarni.


Directeur de théâtre

Le Directeur du théâtre Français apprenant à parer une tragédie en 5 actes. 

(Amédée Charles de Noé, dit) , Dessinateur-lithographe Destouches, Pierre Louis Hippolyte , Imprimeur-lithographe Arnauld de Vresse , Editeur En 1868 Musée Carnavalet, Histoire de Paris


Un directeur de n'importe quel théâtre. 

- Gredin de thermomètre …. Il montera donc toujours ! …

Daumier, Honoré , Dessinateur-lithographe Destouches, Pierre Louis Hippolyte , Imprimeur-lithographe Martinet (imprimeur-libraire) , Editeur En 1856 Musée Carnavalet, Histoire de Paris


L'électricien


Hôtesse de vestiaire

Celles que le spectacle n’empêche pas de dormir (cliché pris au Nouveau-Cirque)


Loueur de loges de théâtre (1866)


Machiniste

Les machinistes sont les ouvriers chargés du service des décors et de tout ce qui concerne la mise en scène matérielle. Leur nombre varie, naturellement, selon l’importance et la nature du théâtre auquel ils appartiennent.  Tandis qu’un théâtre de dimensions modestes pourra se contenter de huit ou dix machinistes, une scène de plus vastes proportions en exigera une vingtaine, et s’il s’agit d’un théâtre machiné, jouant des pièces à grand spectacle, le nombre pourra s’élever à quarante, cinquante et quelquefois davantage.  L’Opéra n’emploie pas moins de soixante à quatre-vingts machinistes, qui parfois sont augmentés de quarante ou cinquante aides externes, comme, par exemple, pour le fameux vaisseau de ‘l'Africaine’. L’ensemble du personnel des machinistes d’un théâtre prend le nom d’équipe.  Cette équipe se divise généralement en trois brigades :  la brigade de la scène, la brigade du cintre et la brigade des dessous, commandées chacune par un brigadier, qui a pour aide un sous-brigadier.  Le service est organisé avec une précision qui ne saurait être nulle part plus nécessaire, et chaque homme a sa tâche spéciale à un poste qui lui est assigné.  Dans cet apparent et immense tohu-bohu qui signale un changement de décor sur un grand théâtre, il faut en effet qu’il ne règne aucune confusion réelle, et pour cela il faut que chacun soit à sa place, sache ce qu’il a à faire et ne s’écarte pas de sa tâche.  Les machinistes doivent faire preuve, dans leur travail, d’adresse et de vigueur, de force et de rapidité.  Ceux-ci transportent les châssis et les mâts, ceux-là grimpent comme des chats au sommet de ces mêmes mâts pour y fixer les feuilles de décoration, l’un traverse le haut du théâtre sur un pont volant pour passer d’un corridor à l’autre du cintre, tandis qu’un autre part de l’escalier des dessous pour exécuter un ordre et arrive d’un trait sur le gril, après avoir franchi la hauteur de la scène et des dessus. Il est prodigieux de voir l’adresse de ces hommes robustes, qui maintiennent en équilibre, en les transportant, des châssis ayant parfois jusqu’à dix mètres de développement et dont le poids est souvent fort inégal en raison de leur forme particulière. La manœuvre du décor proprement dit n’est pas le seul travail des machinistes.  Ce sont eux aussi qui font jouer les trappes, qui procèdent aux transformations instantanées des personnages de féerie, qui font descendre du ciel les gloires entourées de nuages, eux encore qui doivent faire la pluie, le vent, la neige, les éclairs, le tonnerre, qui doivent imiter le roulement des voitures, allumer les incendies, etc., etc. En résumé, le service des machinistes est très compliqué, très divers, parfois dangereux, et il exige de leur part beaucoup d’attention, d’activité et de bonne volonté. Dictionnaire historique et pittoresque du théâtre et des arts qui s’en rattachent. Paris 1885. Librairie de Firmin-Didot et Cie.

Atelier Nadar. Photographe. Machiniste des Nouveautés [Atelier Nadar]. 1910.


Machiniste en chef

Machiniste en chef Dans un grand théâtre, le machiniste en chef est un personnage fort important ; on s’en rend facilement compte en songeant au talent qu’il doit déployer et à la responsabilité énorme qui pèse sur lui.  C'est  lui  qui  doit  procéder  à  la  construction de  tous  les  châssis  de  décors,  de  tous les  praticables,  de  tous  les  bâtis,  qui  doit  régler les  plantations,  exécuter  les  trucs  et  en  régler le  jeu,  établir  le  mouvement  des  trappes  et trappillons,  équiper  toutes  les  parties  de  la  décoration, organiser  les  manœuvres,  commander à  un  nombreux  personnel  en  fixant  à  chacun la  tâche  qui  lui  incombe,  envisager  l'ensemble et  surveiller  les  mille  détails  de  la  machinerie, parer  aux  accidents  qui peuvent  se  produire, veiller  sans  cesse  à  la  confection ,  à  l'entretien et  au  renouvellement  d'un  matériel  très  coûteux, se  faire  obéir  sans  hésitation  de  tous  ses subordonnés,  avoir  l'œil  partout  et  sur  tous pour  éviter  toute  surprise,  tout  faux  mouvement, toute  erreur,  dont  les  conséquences  pourraient  être  incalculables,  soit  au  point  de  vue de  la  marche  des  représentations,  soit  en  ce qui  concerne  la  sûreté  des  personnes  et  du théâtre même. Un machiniste habile, on le comprend, est un homme précieux, qui doit joindre les qualités du caractère, l’autorité du commandement, le sang-froid dans le danger, au talent de l’artiste et aux connaissances professionnelles.  Le  machiniste doit  être  tout  à  la  fois  menuisier,  charpentier, ébéniste,  serrurier,  mécanicien  ;  l'étude  du dessin,  celle  de  la  dynamique,  lui  sont  indispensables; il  ne  doit  être  étranger  ni  à  la physique,  ni  à  la  chimie,  auxquelles  il  peut  emprunter de  précieux  effets  ;  son  imagination doit  être  sans  cesse  éveillée  pour  la  construction des  trucs,  qui  exige  un  véritable  génie  d'invention et  une  souplesse  d'esprit  infinie  pour la  découverte  des  moyens  à  employer  ;  enfin  il lui  faut  avoir  le  coup  d'œil  net,  rapide  et  sûr pour  remédier  aux  défauts  possibles  d'une  décoration, régler  la  marche  et  le  mouvement de  chacune  d'elles  et  aider  le  peintre  dans  la recherche  et  le  jeu  des  effets  de  lumière.  En un mot, le chef machiniste est l’âme du théâtre au point de vue matériel, celui qui, à ce point de vue, est seul responsable devant la direction et devant le public de tout ce qui se produit sur la scène, et dont l’autorité doit être telle que pas un fil, pas un fétu, pas un lambeau de toile ne puisse être dérangé sur le théâtre, dans les dessous ou dans les dessus, sans son ordre ou son assentiment. Dictionnaire historique et pittoresque du théâtre et des arts qui s’en rattachent. Paris 1885. Librairie de Firmin-Didot et Cie.


Marchand de billets


Chez le marchand de billets

« Un bon fauteuil, monsieur ? Moins cher qu’au bureau … »


Marchand de contremarques


Médecin de théâtre

Chaque administration théâtrale a son médecin à elle, chargé de guérir les entorses subites et de dresser procès -verbal des esquinancies supposées. L'antipathie qu'éprouvait Molière pour les médecins de son temps est assez énigmatique, puisque la cérémonie burlesque de la réception en latin macaronique du Malade imaginaire, le grand comique la devait à un médecin de ses amis nommé Mauvillain. Quoiqu'il en soit, les médecins aux dépens desquels on s'amusait si bien alors, ont été tout à réhabilités de nos jours. Le docteur d'Elle est folle’ n’a pas peu contribué à prouver que les deux plus grands médecins n'étaient pas seulement le sommeil et la mort. 

L'indiscret. Souvenir des coulisses.
Paris. Au bureau des éditeurs.1836.


Puisque vous le voulez absolument, ma toute belle, je trouve que vous avez de la fièvre, … une fièvre abominable… et je vais signer le certificat qui vous dispensera de jouer demain … mais je vous engage à vous soigner et à ne manger ce soir à votre souper qu’un simple macaroni, un poulet truffé et une légère salade de homard. Jacque, Charles Emile , Dessinateur-lithographe Aubert (Imprimeur, lithographe, éditeur) , Imprimeur-lithographe Aubert (Imprimeur, lithographe, éditeur) , Editeur Pannier & Cie , Editeur En 1843 Musée Carnavalet, Histoire de Paris


Ouvreuse

Emploi féminin qui consiste à conduire les spectateurs à leurs places, avant et pendant une représentation, et à l'entracte proposer les fameuses gâteries (et dans certains cas assurer le contrôle des billets). Les ouvreuses sont presque uniquement rémunérées par les pourboires des spectateurs. Le prix du travail varie donc en fonction du nombre de spectateurs et de leur générosité. Autrefois les ouvreuses devaient verser à leur direction une caution qui leur était remboursée lorsqu'elles quittaient le théâtre. Cette caution était généralement prêtée par une agence à laquelle elles étaient tenues de verser des intérêts. Pratique presque totalement disparue. ‘L’ouvreuse qui a du métier flaire le client à la mise et à la démarche : elle peut tarifier d’avance son degré de générosité. Elle voit d’un mauvais œil les billets d’auteur et ceux d’administration, surtout quand il n’y a que des dames. À l’entendre, tout est loué ! quand il n’y a quelquefois personne. Ne la croyez pas sur paroles, mais ne discutez pas : Elle est plus forte que vous. Méfiez-vous encore des places gardées par une paire de gants. Ces gants appartiennent à l’ouvreuse et la place au plus offrant.’ 

La langue théâtrale. Alfred Bouchard. 1878

Cerbère préposée à la garde des loges. De l’espèce courante, toujours jappant et prête à lâcher prise pour une meilleure curée. Une ouvreuse qui a vingt ans de service est le répertoire le plus complet des anecdotes de coulisses. C’est l’archiviste des renseignements biographiques et l’almanach infaillible des adresses.

Petit dictionnaire des coulisses Publié par Jacques-le-souffleur  ‘se vend dans tous les théâtres’ - Paris 1835


Scènes de mœurs.Une ouvreuse de loge. Traviès de Villers, Charles Joseph (dit C. J. Traviès) , Dessinateur-lithographe Aubert (Imprimeur, lithographe, éditeur) , Imprimeur-lithographe Aubert (Imprimeur, lithographe, éditeur) , Editeur Bauger , Editeur En 1841 Musée Carnavalet, Histoire de Paris


Dans les couloirs de la Comédie-Française. La doyenne des ouvreuses.


Scènes de mœurs. ne ouvreuse de loge. En 1841 Musée Carnavalet, Histoire de Paris


Maurice (1860-1934). Dessinateur. Scène de théâtre  ouvreuse.1900-1913. Source gallica.bnf.fr / BnF


Au Théâtre en été. Ouvreuse, je quitte ça. Il fait si chaud ! Le Charivari, mercredi 24 juillet 1872


Gatine, Georges-Jacques (1773-1841?). Graveur. Costumes d'ouvrières parisiennes par Gatine. 1824. Source gallica.bnf.fr / BnF


Perruquier


Régisseur

Le régisseur est un technicien du spectacle. Il supervise l'équipe technique pendant les répétitions, veille au bon déroulement de multiples aspects, dont les entrées et les sorties de scène, les signaux d'éclairage et de son, les changements de décor, ainsi que l'organisation, la mise en place et l'utilisation des accessoires.
Le régisseur est la bête noire des comédiens. C'est toujours de sa faute si les pièces tombent, si les acteurs sont malades, si l'affiche est mal faite, si le spectacle est mal choisi, si M. Frédérick manque son entrée, si mademoiselle Gico est enrhumé, c'est sa faute, sa très grande faute ; il doit tout voir, tout entendre, tout surveiller ; il est la clef de voûte de l'édifice. C'est l'adjudant d'une troupe indisciplinée. Il ne peut que punir et n'a pas le pouvoir de récompenser. C'est aussi lui qui frappe les trois coups et qui crie : au rideau ! Il impose les amendes aux acteurs, gourmande les figurants, se dispute avec les machinistes et, s'il a une maîtresse, c'est la dernière arrivée des figurantes à qui il fait peur. C'est enfin comme le disait Odry, la "chenille" ouvrière de la maison.’ 'SECRETS DES COULISSES des THEATRES DE PARIS' - 1865
’Régisseur - Alter ego, bras droit, chef d'état-major, du Directeur ; toujours vu d'un mauvais œil par les camarades sur lesquels il a une certaine autorité et un devoir de contrôle. C'est lui qui fait le TABLEAU, surveille les répétitions, constate les retards et les absences ; vérifie la mise en scène, les accessoires, appelle au théâtre, frappe les trois coups. La brochure à la main, il regarde si chacun est à son poste pour son entrée. C'est le mouvement perpétuel. Un bon régisseur est la cheville ouvrière d'une troupe. Dans les grandes occasions, quand il faut parler au public, c'est lui qui endosse l'habit noir et les gants blancs, fait les trois saluts d'usage et dit : Messieurs...’ 'LA LANGUE THEATRALE' – 1878


Almanach NODOT 1908


Atelier Nadar. Photographe. Régisseur du théâtre des Nouveautés. 1910. Source gallica.bnf.fr / BnF


Secrétaire du théâtre


Souffleur

Personne chargée de prévenir les oublis des comédiens en leur soufflant leur texte. Installé dans le fameux trou du souffleur, qui tend à disparaître (voir qui a disparu) le souffleur se tient plus souvent en coulisse. Jacques Copeau fut le premier à estimer que les acteurs devaient savoir suffisamment leur rôle et se passer de toute aide.

Si le comédien se croit sans souffleur il perd la mémoire à l’instant et balbutie ; mettez dans le trou un mannequin qui représente un auxiliaire pour la mémoire , l’acteur arrivera au bout de son rôle sans avoir omis une syllabe ; c’est ce que savent tous les vieux loups de coulisses , c’est ce qui fit qu’un jour, à propos du Chien de Montargis, le souffleur de la Gaîté n’ayant pas la brochure, prit la pièce de Vincent de Paule, et fit semblant de suivre chaque acteur sur un livre, dont la vue seule fut un talisman , personne ne se trompa.
Un acteur perdit un jour la mémoire à cet hémistiche :
J’étais alors à Rome ……… Il répéta plusieurs fois.... Et, voyant que le souffleur n’envoyait pas le mot, il lui dit d’une voix forte :
Eh bien, Monsieur, que faisais-je donc à Rome ?
Le souffleur fut tiré de sa distraction par l’apostrophe, et le public applaudit.

Petit dictionnaire des coulisses Publié par Jacques-le-souffleur  ‘se vend dans tous les théâtres’ - Paris 1835

Le public croit généralement que le souffleur ne souffle que lorsque la mémoire fait défaut au comédien ; c’est une erreur : le souffleur souffle toujours et doit être en avance d’un mot ou deux sur l’acteur. Il envoie le mot et un signe à celui qui attend la réplique. Celui qui ne sait pas ou auquel la mémoire fait faillite prend du souffleur, auquel il fait souvent appel du pied, ou en jouant près de la rampe quand il devrait être au fond.’

La langue théâtrale. Alfred Bouchard. 1878


Le ‘trou’ du souffleur à l’Odéon.

Attentif au moindre signal, le souffleur seconde la mémoire défaillante des acteurs en scène.


‘Le théâtre, c'est le souffleur. D’abord, il n'y a que lui qui sait toute la pièce !’

Citations de Jean AnouilhA écouter : Le Trou Du Souffleur de Raymond Devos


‘ Généralement un vieil artiste, qui souffle la pièce et ne la joue jamais ; d’où l’expression “souffler n’est pas jouer”.’

Petit dictionnaire humoristique d’argot théâtral. Eugène Joullot.1933


Lourdey, Maurice (1860-1934). Dessinateur.Scène de théâtre : souffleur : dessin.1900-1913. Source gallica.bnf.fr / BnF


Souffle-douleur : Surnom donné au souffleur, quand les comédiens les sollicitaient exagérément. 

Prendre du souffleur : Quand un comédien s'approche de la rampe afin que le souffleur lui dise son texte (vielle pratique). 

Capot : Nom donné à la boîte du souffleur.

A écouter : Le Trou Du Souffleur de Raymond Devos

A voir : Le Souffleur. Film Guillaume Pixie. 2003

On raconte que l’emplacement du trou du souffleur du Théâtre de la Ville correspond à l’endroit où Gérard de Nerval a jadis mis fin à ses jours. Dans la nuit du jeudi 25 au vendredi 26 janvier 1855, Paris est sous la neige et Gérard s’est pendu dans une petite rue de la rive droite, à quelques pas de la Seine et de la place du Châtelet, la rue de la Vieille-Lanterne, que les travaux d’Haussmann recouvriront bientôt : en superposant les anciens et les nouveaux plans de la ville, on découvre que le gibet de fortune du poète tombe dans le trou du souffleur du Théâtre de la ville. Celui que les puissances symboliques poursuivent ainsi au-delà de la vie terrestre avait aimé le théâtre, avait fondé une revue de théâtre, écrit pour le théâtre, et sa légende s’est construite à partir de la passion qu’on lui a attribuée pour une actrice, Jenny Colon, morte en 1842.


Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.