13 Feb
13Feb

Entrée des artistes

On comprend que le personnel scénique d’un théâtre ne puisse y pénétrer de la même façon que le public ; le service de la salle et celui de la scène étant naturellement, forcément et complètement séparés, les spectateurs se répandent dans la première par la grande entrée, tandis qu’une entrée particulière est réservée à tous ceux qui ont affaire au théâtre proprement dit ou dans ses dépendances.  C’est cette dernière qui reçoit le nom d’entrée des artistes, expression impropre ou tout au moins incomplète, puisque cette entrée sert non seulement aux comédiens, aux artistes de la danse, de l’orchestre, des chœurs, mais aussi aux employés, aux machinistes, aux ouvriers, enfin à tout le personnel scénique. C’est donc entrée du personnel de la scène qu’il faudrait dire. 

Dictionnaire historique et pittoresque du théâtre et des arts qui s’en rattachent. Paris 1885. Librairie de Firmin-Didot et Cie

Entrée des artistes du théâtre Hébertot, 2 rue de Chéroy, Paris 17e. 2010


Ancien magasin de décors de l'Opéra Paris

Ancien magasin de décors de l'Opéra, boulevard Saint-Martin, 10ème arrondissement, Paris. Anonyme , Photographe. En 1913. Musée Carnavalet, Histoire de Paris.


Café de l'Opéra

Boulevard St Martin, café près du Théâtre : dessin non identifié. 1790. Source gallica.bnf.fr / BnF


Café des Artistes

Le café des artistes, rue Bouchardon, 10ème arrondissement, Paris. Planchet , Photographe. 2e moitié du 19e siècle. Musée Carnavalet.


Café du Théâtre du Palais-Royal - La Pissotte

Lhéritier (1809-1885). Dessinateur. La Pissotte : café du Théâtre du Palais-Royal : dessin / de Lhéritier]. 18... Source gallica.bnf.fr / BnF


Kiosque de marchand de journaux

Colonnes Morris

Dès 1839, le préfet de police Gabriel Delessert autorise l’installation des « colonnes moresques », supports d’affiches à l’extérieur et urinoirs à l’intérieur. Les colonnes sont améliorées au fil du temps mais pas assez pour faire taire les criques quant à cette double fonction. Un concours est lancé pour trouver un nouveau support : une colonne exclusivement réservée à l’affichage des programmes de théâtre. Gabriel Morris, imprimeur spécialisé dans la publicité des spectacles parisiens, propose d’implanter dans la capitale des colonnes ayant déjà fait leur apparition à Berlin en 1855. Et en 1868, Morris remporte le marché. Le baron Haussmann concède ainsi à l’entreprise « Typographie Morris père et fils » le monopole des colonnes d’affichage encollé suivant des durées allant de neuf à douze ans, l’entreprise s’engageant à couvrir tous les frais de construction des supports et d’affichage. Les « colonnes urinoirs », elles, seront démolies en 1877 et remplacées par les vespasiennes. Au milieu des années 1870, ce sont 451 colonnes cylindriques qui seront mises en service à Paris. De couleur verte, elles se fondent dans le paysage parisien avec leur silhouette cylindrique, leur marquise hexagonale et leur si caractéristique dôme bombé.

Kiosque de marchand de journaux, place du Théâtre Français, 1er arrondissement, Paris. Entre 1858 et 1878 Musée Carnavalet, Histoire de Paris


Place de l'Opéra - Fête de la Mi-Carême

Fête de la Mi-Carême sur la place de l'Opéra Arcot , Dessinateur. En 1889. Musée Carnavalet, Histoire de Paris.


Théâtre des jeunes artistes

Tableau de Paris. Théâtre des jeunes artistes. Opiz ou Opitz, George Emmanuel , Dessinateur Avant 1807 Musée Carnavalet, Histoire de Paris


Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.